Parcours professionnel

CIFCD

 

Michel Klein

 

Parcours Professionnel

 

Chef de Projet
Centre de Promotion
des Matériaux de Construction en Terre
Un projet du Centre International de Formation des Cadres du Développement (CIFCD)
et de la Cellule de Développement et de Production de Pabré (CDPP)

Polyvalent - Structuré - Disponible

Je débarque avec ma compagne au Burkina Faso en avril 1989. On s'installe rapidement à Pabré et je descends à Lomé, au Togo, pour aller récupérer les équipements de production et le véhicule envoyés depuis la Belgique. Pabré est un village situé à 25 km au Nord de Ouagadougou, donc en zone sub-sahélienne.

L'objectif du projet est de former des jeunes villageois de Pabré, à la production de matériaux de construction en terre pressée mélangée à du ciment. Ce projet est porté par 2 ONG. Le CIFCD (ONG belge) et la CDPP (ONG burkinabé).

Dans une première phase, je participe à la sélection de jeunes villageois, j'identifie les carrières de latérite et je collecte les paramètres technico-économiques qui permettront de déterminer une stratégie financière et commerciale.

Dans une seconde phase, je lance la production avec une première équipe de 4 briquetiers et je prospecte le marcher afin d'identifier les acteurs de référence dans le secteur des matériaux de construction et de gagner des clients.

 

 

Au cours de la troisième phase, j'élabore une stratégie marketing (logo, flyer technico- commercial, messages radio, visites de réalisations), je mets en place des modes opératoires standardisés et des procédures internes de contrôle de la qualité. Ceci acquis, je fais réaliser des tests (solidité, durabilité) au laboratoire de génie civil de l'Ecole des Ingénieurs de l'Equipement Rural de Ouagadougou, afin d'optimiser les paramètres de production (dosages, durées de cure).

Les commandes augmentent et je suis obligé de m'impliquer dans la mise en oeuvre des produits (plans, supervision d'architectes, contremaîtres et maçons) vu le manque de compétences locales fiables relatives au géobéton. En mars 1991, un technicien burkinabé chargé de m'épauler pour le suivi des chantiers nous rejoint. Disposant à présent des outils nécessaires pour garantir la qualité des nos produits, d'un concept pour se positionner sur le marcher et d'un assistant me déchargeant du suivi des chantiers, je lance de front la formation de 3 équipes supplémentaires, une campagne publicitaire sur la ville de Ouagadougou et la mise au point de nouveaux produits (pavés et plaquettes bicouches).

Lorsqu'en fin de contrat je quitte mon poste en mars 1992, le CPMCT est une réalité Cette briqueterie artisanale emploie à plein temps 16 ouvriers et un technicien. Elle s'autofinance, y compris les salaires des locaux et l'amortissement des ses équipements (presse et véhicule). Si on tient compte du fait qu'à mon arrivée, en 1989, le public avait une perception faussée de la terre stabilisée, suite à des antécédents négatifs, c'est une performance qui dépasse largement l'objectif initial qui était de former quelques villageois. Une gestion rigoureuse à permis de faire fructifier le fond de roulement, permettant à 4 équipes de disposer des liquidités suffisantes pour alimenter les productions tampons en périodes creuses. Le niveau et la constance de la qualité de nos produits m'ont permis de gagner quelques marchés de prestiges (p. ex.: le pavage de la cour de l'archevêché pour la venue du pape) et d'apporter un correctif à l'image négative de la terre stabilisée.

Ces succès, je les dois entre autre aux encouragements de ma compagne qui a su me soutenir pendant les moments difficiles et m'épauler efficacement, au dévouement des briquetiers et du technicien, à la confiance de quelques personnalités (Jean-Marie Lacroix, Stéphan Lambrecht, Alain Long) en vue qui ont "pris le risque" de commander leurs matériaux au CPMCT, ainsi qu'à l'humour de nos voisins volontaires de la coopération française. Je les remercie chacun chaleureusement.

Quelques réalisations

Chambres d'accueil au noviciat de Pabré

Vue intérieure d'une chambre

Module de 3 classes + un bureau à Ouagadougou

Usine ITO à Ouagadougou

Garage de la coordination diocésaine à Ouagadougou

Eléments de maçonnerie

Clôture et début d'implantation. Société Internationale de Linguistique à Ouagadougou

Webmaster: mklein@tradudoc.com